Escarres

Affections inclues : escarres, plaies d’appui en lien avec des déficiences motrices. Voir pages spécifiques pour les informations relatives aux escarres survenant dans le cadre de pathologies invalidantes particulières, notamment : Paraplégie/ tétraplégie médullaire, spina bifida.

"Ne rien mettre sur l’escarre et surtout pas le patient. Mais placer très vite ce qu’il faut sous le patient avant l’escarre" (R. Vilain)

Parmi les facteurs majeurs de risque de survenue d’une escarre figurent l’immobilité et les troubles de la sensibilité qui empêchent ou atténuent la perception de la douleur qu’un point d’appui entraîne ordinairement. C’est pourquoi les déficiences motrices représentent, au moins dès qu’elles sont importantes, un facteur de risque en elles-même ; et que les affections cumulant paralysies et troubles de la sensibilité, notamment les atteintes de la moelle épinière, majorent encore ce risque. Les escarres sont donc un trouble assez fréquemment "associé" aux déficiences motrices graves, avec leur cortège de souffrance propre et d’immobilisation. Dans cette page sont regroupés des informations et des liens concernant les escarres en général, mais surtout celles survenant dans le cadre d’affections invalidantes, essentiellement paralysantes. Les informations sur les escarres étudiées dans le cadre spécifique d’une affection précise (ex : spina bifida) se trouvent dans les pages spécifiquement consacrées à ces affections, sauf si elles ont une portée générale.

Comme dans le reste du site Moteurline, les sites des fabricants ou revendeurs de matériels (ou les pages d’informations qu’ils "offrent") ne sont pas listées, notre choix étant, sans angélisme ni procès d’intention, d’éviter les sources d’information pouvant avoir des conflits d’intérêt avec le sujet traité.


Impact des modalités de prise en charge initiale sur la présence d’escarres au long cours chez le blessé médullaire tétraplégique

Espagnacq M. (Irdes), Lefort M. (CHU de Nantes, EHESP), Ravaud J.-F. (Inserm, IFRH)

Mardi 13 juin 2017 à 11h00

à la CPAM - Salle Bagatelle - 21 rue Georges Auric - 75019 Paris

Source : www.irdes.fr


L’escarre du blessé de la moelle épinière constitue une conséquence secondaire fréquente et sévère sur un plan médical et social. L’objectif de ce travail est d’identifier les facteurs de risque - cliniques, individuels ou sociaux - à long terme de développement d’escarres chez des personnes tétraplégiques post-traumatiques (TSCIt). Cette analyse a été réalisée à partir de la cohorte « Tétrafigap », initiée en 1995 et réinterrogée en 2006, composée de 1 641 blessés médullaires tétraplégiques. La proportion d’escarres a été étudiée à divers moments du parcours de soins des TSCIt et rattachée aux situations médicales et sociales. Cette étude à long terme montre que près des trois quarts des TSCIt ont développé une escarre à au moins une période de leur histoire post-traumatique. Quatre facteurs ont un effet significatif sur la présence d’escarres au long cours. Deux ont un effet protecteur, l’atteinte motrice incomplète et la marche. Inversement, le développement d’une escarre à la phase post-traumatique initiale et un réseau social faible augmentent le risque d’escarres, y compris à long terme.


Voir aussi la rubrique ci-dessous : Autres sources d’informations sur les escarres.



-->

Informations

Pétition

Non au recul des droits !

Formation des aidants, c’est parti !

RePairs Aidants Formation des aidants, c’est parti ! En janvier, nous vous avons présenté (...)

HANDI DON

Les numéros d’écoute.

Les numéros verts APF. Des numéros verts d’écoute et de soutien : Des psychologues écoutent et (...)

Informations médicales

Les informations médicales de ce site ne peuvent être que générales et en aucun cas des (...)