Polyarthrite rhumatoïde (PR)

Affections inclues : (synonymes et formes) : polyarthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique évolutive (PCE), arthrite chronique juvénile (maladie de Still)

Voir page spécifique pour : spondylarthrite ankylosante

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique qui affecte plusieurs articulations (poignets, coudes, genoux, chevilles, hanches, cou…). C’est une maladie évolutive, qui débute le plus souvent après quarante ans. Elle touche trois femmes pour un homme. Elle est responsable d’un handicap fluctuant et peu visible, mais contraignant et douloureux.

Le plus souvent, elle apparaît au niveau des articulations des mains et des pieds : gonflement, douleur aiguë qui réveille au petit matin, enraidissement, fatigue, fièvre... L’inflammation commence au niveau des tissus superficiels qui entourent l’articulation, puis elle se propage aux tendons, au cartilage et à l’os, les détruisant inexorablement en l’absence de traitement. Doigts, poignets, chevilles etc. s’enraidissent et se déforment progressivement. Il existe des formes très variables, certaines atténuées, d’autres beaucoup plus sévères et invalidantes.

Les causes ne sont pas connues. On sait qu’une PR peut se déclencher à la suite d’un grand choc ou d’un stress, qu’il peut y avoir un terrain familial favorable, mais que la maladie n’est pas héréditaire. On soupçonne l’intervention d’un virus, qui déclencherait le processus, sans que cela ait été démontré. Il s’agit d’une maladie auto-immune : le système immunitaire, dont le rôle est de défendre l’organisme contre les agents extérieurs, est comme « déboussolé » et dirige ses attaques contre l’organisme qu’il est censé défendre.

L’évolution, variable, procède par poussées qui laissent des destructions irréversibles, mais qui peuvent être suivies de longues périodes d’accalmie. C’est une maladie souvent invalidante, douloureuse, et qui nécessite un suivi spécialisé pour un traitement multiple : médicaments anti-inflammatoires, traitements au niveau des articulations (infiltrations, geste chirurgical), rééducation, aides techniques et petits appareillages (orthèses, attelles) constituent la panoplie des traitements de la PR.

La polyarthrite est une maladie capricieuse : un jour ça va (plus ou moins), le lendemain on se lève avec des douleurs insupportables. Le polyarthritique a besoin d’une période de dérouillage matinal, pour vaincre l’enraidissement qui peut durer plusieurs heures. L’atteinte des mains et les douleurs (même nocturnes) liées aux poussées sont particulièrement invalidantes.

(Source : L’accompagnement des personnes handicapées motrices. Dr M. Delcey. Ed. APF 2000).


Actualité : Xeljanz (tofacitinib) : l’ANSM demande aux professionnels de santé et aux patients de bien respecter la dose autorisée dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde - Point d’Information 20/03/2019

https://www.ansm.sante.fr.


Voir aussi la rubrique ci-dessous : Autres sources d’informations sur la Polyarthrite.




-->

Autres sources d'info

IMC

À lire : ouvrages de nicolas Houguet.

Agenda : exposition peintures à Paris. Du 14 au 26 mars 2019.

Traitements médicamenteux de la spasticité - Recommandations de bonne pratique (AFSSAPS)

SEP

Comprendre la sclérose en plaques.

MyStEPs Box? : kit d'accompagnement.

Communiquer avec son entourage suite à une annonce diagnostique de Sclérose En Plaques.

PARATETRA

Mini série : C'est quoi cette question ?

Recherche : "Le transfert de nerfs".

Sites perso, blogs...

Informations

Proposez une solution

Comment la société peut-elle garantir une vraie place aux personnes handicapées ? (...)

Les Tutos de Ludo

Les Tutos de Ludo Les Tutos de Ludo, c’est une série de courts-métrages qui nous plongent au (...)

Formations

Nos formations médico-sociales 2019 http://formation.apf.asso.fr

Vacances 2019

Cet été, devenez responsable de séjours ! Nous recrutons pour cet été des accompagnateurs et (...)

Informations médicales

Les informations médicales de ce site ne peuvent être que générales et en aucun cas des (...)